Augmentation des coûts des matières premières dans le secteur de l’imprimerie

Pendant sept ans en Europe, l’industrie papetière a connu son plus bas niveau de prix du papier.
Or, depuis la fin 2016, des hausses successives et continues ont engendré une pression des prix.
Ces hausses ne cessent de prendre de l’ampleur et impactent sans exception tous les acteurs utilisant ces matières premières.
Cette fin d’année 2017 permet de constater l’importance de l’augmentation des coûts qui n’a fait qu’évoluer de trimestre en trimestre et la nécessité absolue de contrer ces effets. 

D’où provient cette hausse des prix ?

Tout débute fin 2016. Les prévisions se font inquiétantes en estimant une hausse des prix du papier de 9% début 2017, perspective engendrée par des demandes en baisse et des coûts de fabrication en augmentation (notamment les coûts de l’énergie, de la pâte à papier, du latex et des autres matières premières).
Le taux de change, l’augmentation des mesures environnementales avaient déjà participé depuis quelques temps à augmenter les coûts au grand dam des acteurs du secteur (voir les articles Graphiline datant de 2015 et de 2014).

La fermeture d’usines de fabrication de papier en Europe et aux États-Unis, a créé une tension sur les approvisionnements. La combinaison avec une demande en croissance pour les pays d’Asie entraîne une hausse général du prix de  tous les papiers.

En avril 2017, cette hausse représentait  entre 4 et 7 % au niveau international.
Beaucoup d’entreprises ont tenté d’amortir cette augmentation qui n’a eu de cesse de croître mais plus le temps passe, plus il apparaît difficile de maintenir des prix stables au vu de cette conjoncture.

Tableau Indices des prix internationaux des matières premières importées - Pâte à papier - En devises - Base 100 en 2000

Indices des prix internationaux des matières premières importées – Pâte à papier – En devises – Base 100 en 2000
Source : Pétrole et des matières premières importées (Prix du) Idbank: 000810655 (www.insee.fr)

Exemple d’entreprises et de produits touchés par cette inflation en 2017

Cette hausse dépend du type des matières premières mais fournisseurs d’encre, imprimeurs, fabricants de papier sont tous à la même enseigne : augmenter ses prix pour contrer cette augmentation et rester viable.

Février:  Le groupe Portucel Soporcel a fixé à la hausse les prix sur le marché européen des papiers fins non couchés, d‘environ 5 % pour les livraisons
Mars: Le groupe italien Burgo, augmente de 5 % les produits en bois non couché et papier
•Sappi Europe a haussé les prix de ses papiers non couchés et revêtus de bois en feuilles et bobines de 8%
•Lecta a haussé les prix jusqu’à 9 % de leurs papiers pour les feuilles et les moulinets et entre 5 et 6% sur sa gamme de papiers autocopiants
•Sappi a aussi augmenté les prix de ses papiers fins couchés et non couchés en Europe, une hausse de 8 %
Mai: Lecta annonce une hausse de prix pour ses commandes de papier thermique se situant entre 6 et 7%

Une hausse plus importante que prévue

Depuis ces six derniers mois, cette inflation a d’ailleurs dépassé les prévisions et entraîne des répercussions dans toute la chaîne de valeur.

Du côté des adhésifs, les coûts moyens des monomères ont augmenté de 12 à 18% en 2017 par rapport à 2016. Les composants Hotmelt affichent des augmentations à deux chiffres (le prix des caoutchoucs dérivés du butadiène, par exemple, a augmenté de plus de 44%).

Enfin, la production de produits chimiques a aussi affecté la chaîne d’approvisionnement.
Le plus important fournisseur mondial (représentant 40% de l’industrie mondiale) de leuco-colorant, utilisé pour les papiers thermiques a fermé son usine en Chine.
Le papier thermique est donc fortement touché dû à la pénurie de produits chimiques.

Pour vos renouvellements de commandes, merci de nous interroger systématiquement pour un devis.

Label Print se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions et vous informer sur ce sujet.
Cliquez ici pour nous contacter.